• Anthony Angarola


    Anthony Angarola était un illustrateur de Chicago. Il fut mentionné par Lovecraft en 1926, où il le compare à Pickman dans Le Modèle de Pickman (Pickman's Model, 1926). Il avait notamment envisagé d'illustrer la nouvelle Je Suis d'Ailleurs (The Outsider) à l'occasion de sa parution dans Weird Tales, mais sa mort prématurée en Juillet 1932 l'en empêcha...

     
    Gustave Doré


    Lovecraft semble avoir été assez impressionné par les illustrations de Gustave Doré. Il n'exclut pas d'ailleurs que ces illustrations, notamment celles du Paradis Perdu, aient pu influencer son imagination, au point de générer les cauchemars qui donnèrent naissance aux Maîgres Bêtes de la Nuit.

     
    Virgil Finlay


    Virgil Finlay était un autre poète et illustrateur, natif de Rochester dans l'état de New York. Il illustra d'ailleurs plusieurs nouvelles ou poèmes de Lovecraft, ainsi que d'autres travaux de Robert BLOCH ou de Catherine L. Moore. Nombre de ces illustrations sont notamment apparues dans la revue Weird Tales.

     
    Johann Heinrich Füssli (Henry Fuseli)


    "Le premier barbouilleur de magazine venu peut flanquer de la peinture au hasard, comme un sauvage, et appeler ça "Cauchemar" ou "Sabbat de sorcières ou "Portrait du Diable", mais seul un grand peintre peut faire quelque chose d'effrayant et qui ait l'air vrai. C'est que seul un véritable artiste connaît vraiment l'anatomie du terrible ou la physiologie de la peur -- le genre précis de proportions et de traits en rapport avec des instincts latents ou des souvenirs de terreur venus du fond des âges, ou encore les contrastes de couleur et de lumière indispensables pour ranimer le sens de l'étrange quand il est endormi. Je n'ai pas besoin de vous dire pourquoi un Fuseli vous donne vraiment le frisson, alors que les illustrations d'une méchante histoire de fantômes vous font simplement rire. Un homme comme ça est capable de saisir quelque chose au-delà de la vie et de nous le faire sentir, l'espace d'une seconde." (Le Modèle de Pickman, 1926)

     
    Fransisco de Goya y Lucientes


    "Un autre artiste qui est allé encore plus loin que Hogarth dans la description de la bestialité humaine est l'espagnol, Goya." (lettre à William Lumley, 21 décembre 1931)

     
    William Hogarth


    "Cet antique et pestilentiel réseau de maisonnettes croulantes et de portes dégradées ne ressemblait à rien de ce que j'avais vu autrement qu'en rêve -- c'était le XVIIIe siècle de Goya, et non des rois George ; de Hogarth et non d'Horace Walpole." (lettre à Maurice W. Moe, 24 novembre 1923)
    William Hogarth (1697 - 1764) fut l'un des artistes britanniques les plus influents de son époque, profondément immergé dans les débats aussi bien esthétiques que politiques de son époque. Il est surtout connu pour ses gravures, très détaillées, qui abordèrent des thèmes variés allant de la vie quotidienne aux représentations théologiques de son époque.

     
    John Martin


    "J'ai observé des reproductions de ses travaux à la Librairie Publique de New York, et ai été impressionné par l'obscurité orageuse, la majesté apocalyptique et la puissance du malaise cataclysmique de quelqu'un qui, pour moi, semble détenir une essence de mystère cosmique..." (lettre à Vincent Starett, 10 janvier 1928).

     
    Nicholas Roerich


    Nicolas Roerich (1874 - 1947), artiste né en Russie, devint un personnage de signification mondiale dans le domaine de la culture. A travers son art et ses écrits, il exhorta avec passion à une appréciation accrue de la valeur pour le monde de l'héritage culturel de toutes les nations, et à une mise en oeuvre des divers moyens, grâce auxquels cette appréciation peut aider à établir la paix dans le monde

     
    Sidney Sime


    "Oui -- Sime effectue un travail remarquable avec Dunsanny, semblant partager sa vision bizarre et personnelle comme peu peuvent le faire. C'est un homme âgé, désormais retiré de toute activité professionnelle, et Dunsany doit le relancer très fréquemment pour obtenir les quelques illustrations qu'il demande..." (lettre à Robert N. Barlow, 14 mars 1933).


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique