• Pearl Harbor

    Le 7 décembre 1941, Pearl Harbor est attaqué. Subitement, le monde bascule. En effet, L’attaque japonaise sur la base de Pearl Harbor marque l’entrée en guerre des Etats-Unis.

    Pendant des siècles, les Japonais vécurent dans la conviction que les dieux avaient créé en leur pays le centre de l’univers. Leur destin était de diriger le monde. L’invasion de la Mandchourie en 1931 fut le point de départ d’une série d’agressions qui déboucha sur l’attaque surprise de Pearl Harbor le 7 décembre 1941.


    7h55

    183 avions nippons frappent par surprise la flotte américaine dans la rade de Pearl Harbor, à 15 km de Honolulu, dans l’archipel des îles Hawaii.
    Jusqu’à 8h30, ils déversent bombes et torpilles sur les cuirassés, les terrains d’aviation et les réservoirs de la base.

     8h45

    Une seconde vague de 170 appareils vient achever le travail.

    Au total, en un peu plus de 1h30, les 8 grands cuirassés américains sont mis hors de combat dont 3 coulés. 3 croiseurs, 3 destroyers et 4 navires auxiliaires sont endommagés.
    260 avions sont détruits dont 159 avions au sol .

    Le bilan est lourd en pertes humaines : 2 500 morts environ et 1 178 blessés.

    Le cuirassé Arizona a coulé avec de nombreux marins enfermés qui sont morts noyés. On n'a jamais extrait les corps. Ils reposent toujours sous l'eau.


    Du côté japonais, les pertes sont légères : 29 appareils détruits et 5 sous-marins de poche.

    Le jour même, le Japon débarque en Malaisie et dans les Philippines.

    C’est l’amiral Yamamoto qui a été chargé de préparer l’opération contre Pearl Harbor. La difficulté est surtout de vaincre la distance, près de 5 500 km.
    Pour réussir, il rassemble 6 porte-avions avec 350 appareils à bord, accompagnés de 2 cuirassés, 3 croiseurs, 9 destroyers et précédés par 26 sous-marins.

     

    L’ordre d’attaque est transmis le vendredi 5 décembre. L’assaut est prévu pour le dimanche. A 9h45, quand Pearl Harbor n’est plus qu’une immense gerbe de flammes, le message de victoire « Tora », est adressé à Tokyo.


    Les Etats-Unis attaqués par surprise

    " Le secret de notre réussite, je vais vous le dire : cela s'est passé un dimanche! " Cette explication était donnée à la presse étrangère à Tokyo le lendemain de Pearl Harbor par le porte-parole de la marine japonaise. Des mois d'observations avaient établi, disait-il, que la base de Pearl Harbor était fortement gardée pendant six jours, et mal gardée le septième : marins et militaires américains partaient en permission.


    En fait, en ce dimanche matin du 7 décembre, les deux préposés au radar d'Opana, le sergent Joe Lockard et son camarade George Elliot, étaient en stage d'apprentissage. A 7 h 20, ils étaient encore devant l'écran. A ce moment apparut dans le champ du radar la tache d'un avion venant du nord. Quelques instants plus tard, ce n'était plus un point seulement, mais tout un essaim de points qui apparaissait sur l'écran.

    Alerter les services supérieurs ? Un dimanche matin, c'était risquer de se faire assez mal recevoir. Les deux hommes hésitèrent à le faire. Et pendant plus d'un quart d'heure ils observèrent la progression des petites taches claires qui lentement et bien droit avançaient toujours vers le sud.


    N'y tenant plus, le sergent Lockard fini par appeler au téléphone le centre d'alerte antiaérienne de Pearl Harbor. Un officier de service, qui s'y trouvait seul, faisant la permanence, lui conseilla de ne pas s'inquiéter. On attendait dans l'île une escadrille de B-17 en renfort, dit-il : c'était peut-être cela ou encore une escadrille venant des porte-avions de la flotte de Pearl Harbor, actuellement en croisière d'entraînement.


    Le sergent Lockard eut des doutes. Mais il ne pouvait tout de même aller jusqu'à tenir tête à un supérieur. Il n'insista pas et rentra chez lui.

    Une demi-heure plus tard se déclenchait l'attaque qui allait devenir un des évènements majeurs de la Seconde Guerre mondiale.


    Outre les pertes humaines, le bilan de cette agression surprise s'est soldée par l'entrée en guerre de l'Amérique, brutalement réveillée un beau dimanche matin.

     

     Controverse sur l'attaque de Pearl Harbor

    Des membres des services d'espionnage américain avaient mis en garde l'état major quant aux risques d'une attaque sur Pearl harbor. Faute de preuves irréfutables, aucune mesure n'a été prise.

    Franklin Roosevelt était favorable à l'entrée en guerre des Etats-Unis. Plus tard, certains iront jusqu’à l’accuser d’avoir été prévenu de l’attaque et d’avoir laissé faire pour pouvoir entrer dans le conflit.


    On sait qu’il avait donné ordre quelques jours plus tôt à des cuirassiers de quitter Pearl Harbor. De même, les 3 porte-avions n'étaient pas présent non plus.
    A-t-il voulu limiter les dégâts en cas d’attaque ? N’est-ce qu’une simple coïncidence ? Sans doute savait-il la menace réelle mais sans en connaître ni la date, ni le lieu exact.


    Les Japonais n’en étaient pas à leur première attaque surprise et sans déclaration préalable.

    En 1904, ils ont attaqué par surprise la base russe de Port-Arthur, en Chine du nord

    Dans les années 1930, le général Tojo et l'empereur Showa (Hiro Hito) ont envahi la Mandchourie puis agressé la Chine.

    Les responsables américains s'attendent à une attaque de leur part. Mais aucun ne sait quelle base du Pacifique en fera les frais : Guam ? Les Philippines ? Pearl Harbor ? ...


    Le président Franklin Delano Roosevelt n'est pas en mesure d'empêcher cette attaque japonaise sauf à désarmer toutes ses bases de l'océan Pacifique.

    Eut-il connu à l'avance l'objectif visé qu'il ne lui aurait servi à rien de le protéger. S'il l'eut fait, les Japonais auraient changé de plan au dernier moment et attaqué une autre base.


    L'entrée en guerre des Etats-Unis

    Entre 1933 et 1941, l’Allemagne hitlérienne, l’Italie fasciste et le Japon effectuent leurs conquêtes.
    Face à cette situation, Franklin Roosevelt est convaincu que les Etats-Unis doivent renoncer à l’isolationnisme qu’ils pratiquent depuis le début du siècle. Mais l’opinion publique est réticente.Après Pearl Harbor, il a enfin un argument de poids.

    A partir de la fin 1940, le président Roosevelt s'engage de plus en plus ouvertement aux côtés de Churchill et des démocraties alliées.


    La Charte de l'Atlantique, publiée le 14 août 1941, après la rencontre au sommet entre Winston Churchill et Franklin Roosevelt au large de Terre-Neuve, consacre la volonté du président américain de rentrer en guerre contre l'Axe.
    Cependant, c'est du Japon que viendra la déclaration de guerre qui poussera les Etats-Unis à devenir un des trois grands alliés.


    Les Américains ressentent cette journée comme une catastrophe, qui les oblige à entrer dans le conflit mondial, bien que leur armée d'un peu plus d'un million d'hommes ne soit pas préparée à la guerre.

    Au moment où les Etats-Unis sont propulsés sur le devant de la scène, l’URSS gagne la bataille de Moscou.

    En décembre 1941, on assiste à la naissance des deux superpuissances qui domineront tout le 20e siècle.

    Progressant d'île en île dans les atolls du Pacifique, les Américains ont subi de lourdes pertes. Si les troupes ont fini par être victorieuses, elles ont payé un lourd tribu.


    En 1945, quand la guerre se termine, l'Amérique a fait son apprentissage des combats aéronavals et terrestres, elle possède les secrets nucléaires et fédère autour d'elle les puissances moyennes, qui lui ont confié, pour longtemps, la direction du monde occidental.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :