• L'endoctrinement des enfants

     


    Ce sont des enfants. sages, ils ne se droguent pas, ils ne sont pas des délinquants, leur éducation est saine. C'est ce que nous entendons souvent dire à propos des enfants des TJ.

     Devant la complexité de la société et la banalisation de la violence, l'exemple des Témoins est rassurant et provoque parfois la sympathie. Il faut préciser que cette bonne conduite constitue une forme essentielle de prosélytisme.

     

    Le poids de la doctrine

    Les enfants doivent, sous la surveillance des parents, obéir aux principes de Jéhovah afin de se préparer à la fin du monde et assurer leur salut. Dans l'attente du cataclysme, il faut suivre scrupuleusement les enseignements. Les TJ étant sûrs de détenir la vérité, ils considèrent que "les vrais chrétiens tiennent pour nulles les lois humaines si elles s'opposent à celles du souverain de l'Univers, Jéhovah Dieu" (Les vrais chrétiens sont les TJ).


     En pratique, les parents peuvent difficilement transgresser les règles jéhovistes pour l'éducation de leurs enfants. Certains litiges concernant la famille ou les manquements au respect de la doctrine sont réglés par le Collège des Anciens qui se réunissent en "comité judiciaire". Une distinction est faite entre les cas où les problèmes seraient du ressort du Collège des Anciens et les cas relevant des "tribunaux humains". 

     

    Les conséquences sur les enfants

    L'attente d'Harmaguédon et la conviction d'y échapper orientent la finalité de l'éducation chez les TJ. Les parents ont la lourde responsabilité de sauver leurs enfants et la tâche est difficile: "Manifestement, ce ne serait pas toujours une pure joie que d'élever ses enfants au temps de la fin ...". Pour ce faire, les enfants doivent suivre les études bibliques aussi bien à la maison sous l'oeil vigilant des parents qu'à la Salle du Royaume (5 heures par semaine), et accompagner les adultes pendant leurs activités de prosélytisme. Les nombreux interdits ainsi que le refus des activités extérieures (danse, théâtre, sport, sorties extra scolaires, etc.) les enferment dans le groupe et les coupent de la société même s'il n'y a pas de vie communautaire proprement dite. En attendant le cataclysme, la vie n'est qu'un passage et doit être l'occasion de prêcher. Un adolescent qui avait besoin de porter un appareil dentaire s'est vu répondre par sa mère "A quoi bon? Harmaguédon est proche. Quand tu iras au Paradis tu auras des dents toutes neuves". Jusqu'à présent, les parents encouragent leurs enfants à faire des études courtes. La rencontre avec de jeunes étudiants pourrait être source de questionnement chez les jeunes Témoins.

     
     Tous les aspects de la vie de l'enfant sont régis par des règles strictes. Le contrôle de la hiérarchie s'exerce par l'intermédiaire des parents. Ces enfants doivent inhiber leur singularité; leur surmoi est constitué par les parents et le Collège des Anciens sans interaction avec la société. Il est inutile de revenir sur les problèmes posés par le refus des transfusions sanguines, ce point ayant fait l'objet d'une importante production, y compris juridique 


     Les enfants des TJ sont actuellement baptisés dès l'âge de 12 ans si les deux parents sont Témoins. Le baptême étant un engagement important ayant pour finalité de servir Jéhovah, les adolescents qui pourraient se questionner seront pris en tenaille entre leurs désirs propres et l'obéissance aux règles. Tout écart sera puni par l'exclusion. Peut-on prendre le risque de l'exclusion si on n'a pas d'amis et de soutiens familiaux en dehors du groupe? Par ailleurs l'exclusion est non seulement une "mort" dans le temps présent, mais aussi une promesse de destruction lors de la guerre d'Harmaguédon. Un enfant conditionné dans ce sens aura du mal à s'émanciper. Les enfants des TJ sont certes scolarisés à l'école publique, ce qui laisse supposer que leur marginalisation n'est pas absolue. Mais, ils ne sont pas intégrés à l'école de la même manière que les autres élèves. Une brochure, publiée par la Watch Tower Bible Society et distribuée aux enseignants, explique les différents refus des TJ et marginalise d'emblée ces enfants à l'école.

     

     Une récente affaire dans une école primaire à Narbonne est révélatrice: les enfants des TJ refusaient au nom de leurs convictions religieuses de chanter l'hymne européen (l'hymne à la joie de Beethoven) et la Marseillaise prévus au programme de leur cours de musique. Ce fait n'est pas anodin car de même que le port ostentatoire d'un insigne religieux met en cause la laïcité, il est signe du refus de l'apprentissage de la citoyenneté à l'école. Par ailleurs ces enfants subissent une formation complémentaire à la Salle du Royaume qui va neutraliser celle de l'école. La brochure "L'École" explique: "Leur objectif principal est de devenir de bons ministres de Dieu, et ils apprécient l'aide que l'école peut leur apporter en ce sens". 

     Les enfants découvrent dans la littérature interne à la secte un monde idyllique (aussi bien dans le contenu que dans le graphisme) promettant pour les seuls Témoins un paradis terrestre. Pour ces enfants l'accès à la réalité sociale est ainsi amoindri voire compromis, et cela risque de conditionner toute leur vie d'adulte.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :